Nord et Sud dans nos histoires et dans l'oeuvre d'Albert Camus, Le Premier Homme

Création pluridisciplinaire (théâtre, vidéo, poésie, photo) à partir d’ateliers d’écriture, et d’improvisations théâtrales sur le fil du « Premier Homme » d’Albert Camus. Coproduction Marseille Provence 2013, Capitale européenne de la culture. Une mise en scène du collectif d’ALZHAR orchestrée par Jeanne Poitevin à l’écoute du travail de création partagée avec des artistes méditerranéens partenaires : tunisiens, algériens, italiens et espagnols.

Recherche et création à travers l’œuvre à laquelle travaillait Albert Camus au moment de sa mort. Le manuscrit a été trouvé dans sa sacoche le 4 janvier 1960.

Le fruit de recherches partagées entre enfants adolescents adultes et personnes âgées, issues des quartiers difficiles et l'équipe d'ALZHAR, en partenariat avec des compagnies italiennes, espagnoles, tunisiennes, algériennes. La mise en résonance entre le texte de Camus et nos histoires. Le texte de Camus, mis en écho avec la vidéo, est l’occasion de s’interroger sur nos différences et nos liens. La création est réalisée avec divers participants (prisons, centres sociaux, écoles, maisons de retraites, foyers d’accueil, hôpital psychiatrique…). Chacun offre sa lecture de Camus en résonnance avec sa propre mémoire, ses héritages, ses origines. Et chacun , sur la scène ou dans la vidéo, représente Camus lui-même, revenant sur son parcours de vie, imprégné de ses mémoires méditerranéennes.

Il s’agit d’inventer un rendez-vous avec, son œuvre et ce qu’elle révélera  aujourd’hui chez des enfants, des adolescents, des adultes, d’histoires, d’origines, de cultures différentes. Nord et Sud sont comme une dichotomie emblématique de tout ce qui oppose l’un à l’autre, l’interroge dans son intimité. Quartiers nord versus quartiers sud, Marseille-Paris, Alger-Marseille.

 
Nous restons persuadés que le théâtre et toutes ses possibles permettent une prise de parole, de conscience et permettent à chacun de trouver sa place au monde.
 
Dans notre cheminement, les textes jalons que la Compagnie a travaillés, traversés (Britannicus de Jean Racine, Le Misanthrope de Molière, Dans la solitude des champs de coton de Bernard-Marie Koltes) ont offert une multiplicité de personnages à réfléchir dans leurs différences profondes.
 
« Dans la solitude des champs de coton » s’est révélé emblématique de toutes ces rencontres improbables, humaines et littéraires, où l’un et l’autre, quel qu’il soit, ignore ce qu’il attend véritablement de l’autre et risquerait de se camper sur l’illusion d’une identité étroite, inébranlable. Et c’est bien dans la rencontre, l’affrontement que l’un et l’autre vont parvenir à trouver non pas une vérité figée dans le marbre, dans les certitudes restrictives et forcément excluantes, mais une vérité en ouverture : des façons de se dire, d’exister ensemble à l’infini.
 
« Le Premier Homme » est le dernier roman d’Albert Camus, retrouvé dans sa sacoche dans l’accident de voiture qui lui prit la vie, et se présente comme un retour à l’origine de l’écriture, un chemin à suivre où se croiseront les relectures des uns et des autres, des uns face aux autres, chemin au terme duquel une aventure de création réécrit une autre histoire.
 

Distribution

 

Une écriture scénographique collective orchestrée par Jeanne POITEVIN.
 
Direction et mise en scène : Jeanne Poitevin
Le spectacle se réinvente selon les villes et les moments du monde, avec acteurs professionnels
ou amateurs des villes et des évènements politiques. Ce spectacle tente en effet d'être à l'écoute
de l'engagement politique d'Albert Camus.
 
Musique : Marc Campo
Photographie : Maxime Carasso
Vidéo : Sébastien Bretagne, Julie Moreau
Chorégraphe : José Maria Alves
Création lumière : Orazio Trotta
Technique : Loic Virlogeux
Scénographie et costumes : Marine Dubois

Affiche du spectacle

Le dossier de presse est accessible aux professionnels. Connectez-vous