Mnaouar SMADAH : "Affaires et peines"

La découverte de Mnaouar Smadah a été pour toute notre équipe, une très grande chance. Les mots de la passion, de la violence active, de l’amour, de la liberté, sonnent ici sans être nullement surranés. Il a été complexe de faire traduire ce poète magnifique, et de l’Institut du Monde Arabe à Paris, au travail de traduction à l’écoute des anthropologues mené par Mariem Guellouz et Sébastien Bretagne, un poème traduit offert par Moncef Ghachem. Le chemin fut aventureux et passionnant. Heykel Mani, comédien, dramaturge, fils d’Imam, nous guide dans cette découverte riche de liens, de sens, et d’émotions : comment un poète phare de la culture tunisienne nous conduit à mieux comprendre l’histoire, la force, l’intime de ce pays que nous aimons et où nous travaillons maintenant plusieurs fois chaque année. Là, la confiance, la ténacité, l’enthousiasme, la fureur, la patience, nous semble à la bonne mesure, et Mnaouar Smadah nous conduit à le croire plus encore. Maxime Carasso, comédien et danseur, danse les rythmes de la langue du poète, Heykel Mani nous en livre la précision et les mouvements. Au plus pur et au plus près de l’écriture, nous voulons offrir au public notre enthousiasme à la rencontre de ces poèmes forts et fraternels.

Le spectacle :
Mnaouar Smadah est un des pillier de la culture tunisienne, un écrivain de la déchirure, du changement, il a été incarcéré et représente l’art poétique contestataire de ces dernières années en Tunisie.
C’est une innovation, une première, en France, que nous voulons partager avec le public. Il est question de faire appel au «choix d’être voyant», possible pour chacun de nous, chacun des membres du public, de faire appel au désir de « se réveiller dans d’infimes secousses » existant en chacun de nous, chacun des membres du public. Entre la danse, le jeu, la performance et la lecture, le spectacle est une proposition de chemin au fil de la poésie de Mnaouar Smadah.
Le choix des comédiens :
Le spectacle est joué par deux partenaires qui se connaissaient déjà. Ils ont ensemble une longue expérience de Marseille à Tunis et de Aix en Provence à Sousse, répétitions, résidences, ateliers, représentations, sur la question de l’échange, avec «Dans la Solitude des champs de Coton», de Bernard-Marie Koltès, mis en scène par Jeanne Poitevin, une production ALZHAR.
Un acteur occidental Maxime Carasso, un acteur tunisien, Heykel Mani, se veut aussi témoin d’une union entre les territoires des deux rives de la méditerranée.
Heykel Mani est acteur, professeur de théâtre, analyste dramaturge tunisien, avec qui travaille la compagnie depuis 4 ans. Fils d’imam, il porte une connaissance aiguë de la culture arabe, de la culture et de l’histoire tunisienne. Nous allons le conduire dans ce que son jeu a de plus sensible, de plus précis, de plus élégant.
Maxime Carasso est acteur, danseur, et musicien, il travaille avec la compagnie depuis 15 ans et aussi avec José Maria Alvez du Ballet Preljocaj, avec Jean-François Bory, poète performeur…Acteur à la frontière du jeu et de la performance, il est porteur de ce savoir du corps comme espace d’une autre révélation, d’une autre vérité possible que celle des mots.

Distribution

 

metteur en scène : Jeanne POITEVIN
comédiens : Maxime CARASSO - Heykel MANI

Affiche du spectacle

Articles de presse

Le dossier de presse est accessible aux professionnels. Connectez-vous