historique

historique

2014

 

MISE EN PRODUCTION ET CHANTIERS DE RECHERCHE ET D’IMPROVISATION DU PROJET EXILS ET CORRESPONDANCES

 
Depuis quelques mois, le projet, pensé depuis longtemps, se met en place : rendez-vous de production, recherche de partenariats, de résidences, soirées et week-end de lectures, d’improvisation, d’écriture, collectives ou solitaires, Skype avec les compagnies associées (Heykel Mani, metteur en scène et professeur en Tunisie, Lilia Lahmar directrice de structure culturelle et artiste à Sousse, Nawar Bulbul, acteur et dramaturge syrien en Jordanie, Nemer Salamun, acteur et professeur syrien en Espagne, et la Compagnie des Nouveaux Disparus de Jamal Youssfi, à Bruxelles.
 
Décembre au MAC, Musée d’Art Contemporain, de Marseille, nous traversâmes des textes de Duras, Nijinsky, St Exupéry, Hesse, Chéreau, Rober, et d’autres auteurs encore, écrivîmes, collectivement, et démarrions ce qui sera la base et la conception du projet en recherche et en cours.
Cela eut lieu sur plusieurs week-ends, de mai à décembre, au MAC, dans les villages, au conservatoire de La Ciotat, et où ce projet est appelé. Chacun cherche, dit, improvise, témoigne sur cette notion, à sa façon. 
 
 

Reprise du projet NORD ET SUD DANS NOS HISTOIRES ET DANS L’ŒUVRE D’ALBERT CAMUS LE PREMIER HOMME à MARTIGUES

 
Réinvestissement du projet, retraversée, accueil de nouveaux amateurs, de nouveaux témoignages, tentatives et représentations.
Tout avait démarré il y a quelques saisons, avec le soutien de la ville de Marseille, de la ville de la Ciotat, de la ville d’Aix-en-Provence, de Marseille-Provence Capitale Européenne de la Culture, du Conseil Général des Bouches du Rhône, du Conseil Régional de Provence Alpes Côte d’Azur, des dispositifs CUCS des villes de Marseille, La Ciotat et Aix en Provence et de la Fondation de France, nous avons pu développer, de 2009 à 2013, la création collective Nord et Sud dans nos Histoires et dans l’œuvre d’Albert Camus, le Premier Homme.
 
Nord et Sud dans nos histoires et dans l'œuvre d'Albert Camus - Le Premier Homme est l’aboutissement de quatre années de travail en ateliers de création partagée avec des enfants, des adolescents, des adultes et des personnes âgées, dans les écoles, les maisons de quartiers, les centres sociaux, les foyers d’accueil pour jeunes enfants, les collèges et lycées, une maison de retraite et le conservatoire de la région Paca : autant de lieux de recherches et de résidences – mais aussi, d’ouvertures à des compagnies européennes partenaires, à Beas de Segura, Tunis, Milan et Alger. Les échanges ont porté sur les questions de l’héritage culturel entre les deux rives de la Méditerranée, avec CAMUS pour guide - les origines culturelles de chacun, les mémoires des familles de chacun, en lien avec l’écriture d’Albert Camus. Après de nombreuses représentations courant 2013, le spectacle a voulu se réinventer en 2014. A Martigues. Les professionnels et la colonne vertébrale du spectacle ne changèrent pas, mais les nouveaux amateurs, venus participer à de longs week-end de théâtre organisés aux mois d’octobre et de novembre à la Salle Jacques Prévert, à Martigues, aidèrent à réécrire le spectacle, depuis leurs propres histoires, et intégrèrent le spectacle professionnel : REPRESENTATION le 6 décembre.
 
 

PROJET ART ET FORMATION SECRET SECRET

 
Performance à partir de textes et de témoignages. Création pour et avec La Sauvegarde de l’enfance, dispositif d’accompagnement et d’aide des enfants dans les Bouches du Rhône.
 
ALZHAR a répondu avec le plus grand intérêt, pour un temps de recherche partagée, à l’invitation de La SAUVEGARDE 13, antenne régionale de LA SAUVEGARDE, association nationale de protection de l’enfance, pour créer une performance sur la notion du secret, destinée à tous leurs travailleurs sociaux du dispositif (éducateurs, psychologues, avocats, assistantes sociales).
 
Il s’est agit de créer une intervention entre le théâtre et la performance sur la thématique du secret. De retraverser des émotions en lien avec ce sujet (secret professionnel, secret médical, secret de famille, secret judiciaire, secret d’état, etc.).
 
L'équipe d'ALZHAR a proposé une oeuvre théâtrale-performance (improvisations, textes à lire, interviews enregistrées, musiques-mémoires de films traitant de la question, danse soutenue par la question, jeux de personnages en situation à propos de la question) ; traversé des témoignages personnels et propositions sonores (dont BO de films) ; joué de costumes, de masques, de textes ; réécouté en direct des témoignages audio des stagiaires de ses ateliers, de personnes rencontrées, des interviews. Une mise en scène de Jeanne Poitevin.
 
Cette recherche a donné lieu à une série de 20 représentations de 2012 au mois de mai 2014.
 

OMBROMBRE  - CREATION JEUNE PUBLIC

 
ALZHAR a proposé un théâtre ludique, poétique et expérimental à la frontière du conte, du jeu théâtral et de la performance : Ombrombre, écrit et joué par le comédien Maxime Carasso, mis en scène par Jeanne Poitevin.
 
L'auteur cherche ici à développer une thématique sur le rapport à l'autre et au monde et tente de sensibiliser le public aux relations qu'entretient l'homme à la nature, à la poésie, et à l’immatériel.
 
Résidences en mai à La Fabrik /  et en juin à l’Officina, à Marseille,
La Fabrik, espace de création avec et pour des enfants en situation de handicap nous a permis de traverser des moments de partage très étonnants et très beaux sur ce spectacle en écriture.
 
Un stage a été donné, fortement apprécié, de part et d’autre, et nous a donné l’envie de faire un vrai spectacle, là, avec les enfants, la saison prochaine. 
 
Représentation publique à l’Officina le 10 juin.
Représentation à la Fabrik le 14 juin / THE V.I.F (very important festival)
 

PROCESSUS DE CREATION MIS EN MARCHE,  POUR EXILS ET CORRESPONDANCES, PARTOUT Où LA COMPAGNIE POSE PIED

 
Ateliers hebdomadaires à l’institution Sainte Trinité, à Marseille
Cinq fois par semaine, un intervenant d’Alzhar se rend à l’institution Sainte-Trinité, à Marseille, pour donner des ateliers de théâtre à des enfants de CE2, CM1 et CM2, des collégiens et des lycéens. Plusieurs spectacles (un spectacle par tranche d’âge), étapes du vaste projet, sont en cours, prévus pour la fin de l’année scolaire.
 
Ateliers hebdomadaires à l’école élémentaire Marius Roussel, à Simiane
Chaque classe de toute cette grande école écrit de courtes scènes qui interrogeront la globalité. Un moment public et une exposition seront  présentés en fin d'année.
 
Ateliers hebdomadaires au Collège Château Forbin, à Marseille
Imaginés et conçus dans la lignée de notre travail sur Camus, ces ateliers avaient pour point de départ LE PREMIER HOMME, d’Albert Camus.
 
Ateliers hebdomadaires au CIAM, à Marseille
Partage de tous les jeux de théâtre pour aller, ensemble, vers le plaisir de créer librement :
représentation au théâtre Mazenod, devant 350 personnes, en plein centre-ville de Marseille, les enfants furent bouleversés, nous aussi. 
 
Ateliers hebdomadaires à la Maison Municipale d’Arrondissement de l'Estaque-Riaux
à Marseille
Atelier accolé à un autre atelier – cuisine, pour dames – dans le but de fédérer tous les publics ; pour aller, pas à pas, vers un atelier d'improvisation et d'écriture collective, à partir des échanges qui avaient eu lieu au cours du déjeuner. Le centre des paroles et des jeux, des improvisations et des créations collectives est la mémoire.
 
Ateliers hebdomadaires dans les écoles primaires Jean Giono et Paul Arène, à Aix-en-Provence
Maxime CARASSO, Jeanne POITEVIN et les artistes qu'ils invitent chaque année, peuvent vérifier là chaque semaine -  et depuis déjà sept années de théâtre avec ces écoles -, la beauté des engagements des enfants, leur joie de retrouver la présence de la pratique exigeante d'un art au sein de leur école, la nécessité d'un tel rendez-vous de mondes qui se croisent et se tissent ensemble pour un temps.
 
Ateliers hebdomadaires à la Mareschale, à Aix-en-Provence
La maison de quartier La Mareschale est un endroit très important pour ALZHAR. La compagnie y donne des ateliers, y fait des rencontres, des réunions, des échanges. Depuis presque 15 ans.
 
 
ICI ET AILLEURS, Là Où LA COMPAGNIE ALZHAR SE POSE UNE SAISON OU UN MOIS, LE PROJET EN COURS SE RéINTERROGE ET S’éCRIT.
 
 

2013

De Septembre 2012 à décembre 2013, alzhar a centré son travail sur l’aboutissement de la recherche entamée depuis 3 ans avec échanges et créations collectives : - en Méditerranée, - avec notre public amateur, enfants, adolescents, adultes, personnes âgées. Et, grâce au soutien de la Ville de Marseille, de la ville de la Ciotat, de la ville d’Aix en Provence, de Marseille-Provence-Capitale Européenne de la Culture, du Conseil Général des Bouches du Rhône, du Conseil Régional de Provence Alpes Côte d’Azur, des dispositifs CUCS de ces mêmes villes, de la Fondation de France, de l'association GRUNDTVIG pour les prpjets de formations et d'échanges en Europe, il nous a été possible de développer une création-espace-de questionnement-et-de-transmission en relais entre plusieurs ateliers de théâtre, plusieurs sites de répétitions théâtrales, et de proposer au public ce travail abouti mêlant trace et mise en scène de texte très aigüe.

Nous avons travaillé sur LE PREMIER HOMME, d’Albert Camus, quatre ans, et au milieu du parcours, avons traversé DOM JUAN, de Molière, repris DANS LA SOLITUDE DES CHAMPS DE COTON de Bernard-Marie Koltès, repassé par AFFAIRES ET PEINES DE Mnaouar Smadah, créé aussi LE SECRET SECRET, à partir d’un montage de textes sur cette thématique, pour et vers ceux qui s'occupent des enfnats les plus en risque.
Donc, des écoles aux centres sociaux, des collèges aux lycées, des maisons de la jeunesse aux maisons de quartier, des maisons municipales aux bibliothèques, nous avons tenté d’être présents partout où cela a été possible sur le territoire PACA, avec les questions de la mémoire, de la vérité, du choix, de l’héritage, du partage, de la révolte, des femmes, des enfants, de l'amitié, de l'école, questions  que nous posaient les mots que nous travaillons avec le public.

L’objet social de la Compagnie ALZHAR est le partage de la création théâtrale et pluridisciplinaire, avec tous, et de toutes les façons, avec ceux de tous horizons, notamment les publics fragilisés des quartiers d’habitation populaire, et les zones dîtes sensibles de notre société.

Le parcours de la saison : PROJET PARTENARIAL DE LA CIE : REPRISE ET DÉVELOPPEMENT A LA FOIS THÉÂTRAL ET CINÉMATOGRAPHIQUE DE LA RECHERCHE AVEC "Dans la solitude des champs de coton » de Bernard-marie Koltès. Projet initié par les metteurs en scène d'ALZHAR, vers une oeuvre collective, produite et réalisée par Les réalisateurs de Lieux Fictifs. Nous suivons le développement de ce film-installation, dont nous avons dirigé les acteurs et donné les pistes de dramaturgie, et qui, à présent, est une production de liuex fIctifs, caroline Caccavale et José Césarini en ayant assuré la réalisation. présence au - WIP, Paris Villette 30 janvier 2013,la  puis à - Friche La Belle de Mai, Marseille, du 13 au 30 juin

Et, dans notre mise en scène purement théâtrale, avec Maxime Carasso et Haykel Mani, notre spectacle franco-tunisien continue d'être joué, - Théâtre Pierre Tabard, Montpellier, du 29 mai au 2 juin

PROJET ESSENTIEL DE NOS RECHERCHES : LE TRAVAIL AVEC LES ENFANTS, ainsi,  "Les Grands Singes de New York », spectacle jeune public est repris, de deux façons encore. - Théâtre atelier des arts, Marseille du 20 au 22 décembre , - Théâtre atelier des arts, Marseille du 17 au 19 mars, Théâtre Pierre Tabard, Montpellier, du 29 mai au 2 juin, CIAM, Marseille, 25 novembre,

PROJET MÉMORABLE POUR NOTRE CIE, un spectacle-lecture bilingue franco-arabe : - "Affaires et Peines », création bilingue arabe et français, sur les textes de Mnaouar Smadah

- La Maréchale, Aix en Provence, du 15 au 18 avril

Répétitions, développement scénographique
- Hang’art, Gardanne, du 1 au 4 mai, représentations, avec Haykel Mani et maxime Carasso, Jeanne Poitevin en assure la mise en scène

PROJET ART ET ART ET COMME FORMATION :
- "Secret secret, performance à partir de textes et de témoignages. » Création pour et avec La Sauvegarde de l’enfance, dispositif d’accompagnement et d’aide des enfants dans les Bouches du Rhône. Sauvegarde, Marseille. Une représentation un mercredi par mois, pour une mise en réflexion de la notion du secret avec les éducateurs, psychologues, avocats, assistantes sociales du dispositif.

PROJET ECHANGE DE CETTE SAISON :
"Wala SHI, Rien, à partir de "jeux de massacre " de Ionesco » une mise en scène de Nahouar Bulbul, avec ses acteurs français et syriens, pour une performance sur la liberté et la révolte en général.
- Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, printemps 2013 : répétitions
- Théâtre Lumen, Bruxelles,
représentation, 23 juin
- Théâtre du point de bascule, Marseille,
-représentations pendant le festival d'Avignon,
représentation 5 juillet

PROJET ART ET EDUCATION DE CETTE SAISON :
« Dom Juan, une écriture avec, pour, vers et parmi les jeunes gens des lycées de PACA et d’ailleurs. »
travail de lecture en classes de premières et terminales, au lycée Fourcade à Gardanne, dans un premier temps pour une performance sur le texte de Molière, avec les réactions des jeunes gens qui ont partagé les ateliers de la Cie sur les thématiques et les scènes du texte - Lycée Fourcade, Gardanne, mars, avril, mai,


PROJET CENTRE DE ALZHAR CETTE SAISON :
"Nord et Sud dans nos histoires et dans l'oeuvre d'Albert Camus "Le Premier Homme" : l'auteur, nos mots, nos échanges »

Ateliers et temps de répétitions-création collective mêlée :

Avec la beauté d'une équipe mêlant professionnels et amateurs, la mise en commun d'une esthétique au fil de l’oeuvre d'Albert Camus "Le Premier Homme", pas à pas, se dessinnet les extraits de textes choisis pour le projet, et se précise la dramaturgique et le  questionnement sur l'adaptation du roman au théâtre, se rêve et s'impose une écriture musicale en lien avec l'écriture des acteurs. D'une étape à l'autre s'est appris un dialogue  au plus précis avec Gallimard et la succession Camus. D'un temps à l'autre, avec le visionnage des films des cies européennes partenaires du projet, nos échanges, tentatives  collectives, une réflexion d'ensemble sur la réalité des structures de production et de transmission de l’art du théâtre en Europe s'est écrite, et a accompagné le projet. Puis la lumière et la vidéo ont trouvé comment co-dessiner le spectacle. la danse et le jeu-non-jeu-témoignage-jeu s'est précisé.
Opening night : exparience. Reprise 1 : Théâtre Pierre Tabard Montpellier, pour  resserrer le rythme du spectacle, et eaufiner le travail avec la vidéo, et se mettre davantage d'accord sur ce drôle de jeu-non-jeu demandé par la mise en scène d'un tel projet. Deux représentations par jour du travail sur Camus, une des autres spectacles de la Cie, les travaux et les équipes se révèlent.

Puis la cie, comment cela serait-il possible autrement ?
a traversé une crise immense. Annulé toutes les représentations de l'été.

puis a repris, avec une nouvelle équipe, au théâtre de l'Atelier des Atrs, à Marseille, dans le 9ème arrondissement, puis au CIAM, à Marseille, dans le 4ème arrondissement, puis dans le premier, puis dans le sixième, puis sur les quai devant la villa Méditerrannée, puis dans le parc à Marseille, où il est tellement difficile à présent de trouver une salle de répétition correcte,

Et ensuite nous avons joué, ce travail rené, le 8 novembre à Gardanne, le 22 novembre aux Pennes Miarabeau, le 6 décembre à Aubagne, et le 12 décembre à Aix en Provence.

Il y eut donc, dans ce parcours, des routes croisées, abandonnées, reprises, perdues, et un spectacle, que le public aime, etqui est, chaque fois, étonnant.

2012

Reprises et mise en scène Dans la solitude des champs de coton de B.M Koltès, à Paris au Théâtre Le Vent de Lève !

Création 2012 : Le Secret-Secret, spectacle-laboratoire de recherche pour le collectif de psychanalistes, de juristes, d'avocats et d'éducateurs, pour la défense des droits de l'enfant. Jeu et mise en scène : The PS Show écriture et jeu sur les thématiques de la campagne électorale 2012.

Nord et Sud dans nos histoires à travers l’œuvre d'Albert Camus "Le Premier Homme": ateliers de recherche et mise en scène dans toute la région PACA, écoles, collèges, foyers, bibliothèques, centres sociaux, et avec des metteurs en scènes partenaires méditerranéens, Madrid, Tunis, Milan, Alger, vers une création 2013 co-produite par MP2013

Présentation du film de Caroline Caccavale "Ce qui nous arrive", produit par Lieux Fictifs, INA et Cie Alzhar, au colloque européen Art et prison, film qui retrace le travail de mise en scène de Jeanne Poitevin en prison, co-production MP2013.

Mnaouar Smadah, Affaires et Peines: reprise de la lecture des poèmes de Mnaouar Smadah lors de la nuit des musées, au MAC, Marseille avec Maxime Carasso et Heykel Mani.

L’Ailleurs : reprise pour le projet de théâtre de containers, dans le cadre du printemps des poètes, Marseille.

Les Grands Singes de New York : reprise au café-théâtre l'Antidote, Marseille.

2011

Projet de création : Nord et sud dans nos histoires et dans l’œuvre de Camus, le premier homme
 
Ateliers de création partagées, avec des enfants, des adolescents, des adultes et des personnes âgées, dans les écoles des quartiers ouest d’Aix en Provence, Château Double, Mistral, Paul Arene, Giono, dans les maisons de quartier et les centres sociaux, la Mareschale, Camus, les foyers d’accueil pour jeunes enfants, le lycée Colbert et lycée du rempart à Marseille, la maison de retraite Saint Georges à Marseille, au collège Jean-Claude Izzo à Marseille, à l’école primaire Leriche Mistral à Cassis, au centre social Calcaira à Vitrolles, au conservatoire de La Ciotat. Résidences de recherche, transmission et création sur les questions des origines culturelles de chacun, des mémoires des familles de chacun, en lien avec l’écriture d’Albert Camus, vers une création-mémoire des ateliers. Répétitions de construction d’un spectacle à partir de ces découvertes en ateliers, au Pavillon noir à Aix en Provence, au théâtre du collège Izzo à Marseille, à Thalasanté à Marseille, à La Friche La Belle de Mai à Marseille.
 
Achèvement du projet européen Grundvig sur la création partagée et la transmission en prison, avec la compagnie Transformas à Barcelone, et la compagnie Teatrodentro à Milan, où la compagnie a donné un atelier pour 15 stagiaires détenus à la prison de Barcelone puis à la prison de Milan.
 
Les Grands Singes de New York, spectacle jeune public, une création de Maxime Carasso, a fait l’objet de 10 représentations en juillet au Festival off d’Avignon au théâtre Les ateliers d’Amphoux.
 
L’Ailleurs, création lecture-performance poétique d’Alzhar mis en scène par Maxime Carasso sur un montage poétique de Jeanne Poitevin, a tourné en juillet au festival du Grand Cèdre à Massiac.
 
Création 2011 : spectacle Mnaouar Smadah, Affaires et Peines, mis en scène par Jeanne Poitevin, sur des textes du poète tunisien Mnaouar Smadah. Sur scène Maxime Carasso et Heykel Mani, un acteur tunisien partenaire de la cie. Spectacle avec des lectures de poèmes en français et en arabe. Première représentation au festival de poésie Les Voix de la méditerranée à Lodève en juillet.
 

2010

Nord et sud dans nos histoires et dans l’œuvre de camus, le premier homme
 
Ateliers de création partagées, avec des enfants, des adolescents, des adultes et des personnes âgées, dans les écoles des quartiers ouest d’Aix en Provence, Château Double, Mistral, Paul Arene, Giono, dans les maisons de quartier et les centres sociaux, la Maréchale, Camus, les foyers d’accueil pour jeunes enfants, le lycée des remparts à Marseille. Espaces de partage et de recherche Nord et Sud sur la question de l’héritage culturel entre les deux rives de la méditerranée. Répétitions vers le spectacle à partir des trouvailles des ateliers, à La Distillerie d’Aubagne, et à la Maison des Lices,  à Marseille.
 
Représentations de Dans la solitude des champs de coton de B.M Koltès, dans la Salle des 3 Casinos, à Gardanne, en mars 2010.
 
Représentations de L’Ailleurs, lecture-performance de poèmes, au Festival Les Voix de la Méditerranée, à Lodève,  juillet 2010.
 
Tournée CCAS en août 2010 d’un spectacle jeune public, Les Grands singes de New York.
 
Dedans/dehors, Dans la solitude des champs de coton, ateliers de transmission et de création en théâtre et cinéma, pour moitié avec des stagiaires détenus à la prison des Baumettes, pour moitié avec des stagiaires libres, à La Friche la Belle de mai, à Marseille, avec des rencontes mensuelles entre les deux groupes. Une œuvre film-théâtre en coproduction avec Lieux Fictifs, laboratoire de recherche cinématographique. Dans ce cadre, en partenariat avec un projet européen Grundtvig, la compagnie avec Lieux Fictifs accueille les artistes intervenants européens et leurs stagiaires à la prison des Baumettes, avec les stagiaires de la Cie, pour des ateliers partagés.
 

2009

Ateliers de recherche pour une création franco-tunisienne, avec une équipe mixte, à partir du texte de Bernard Maris Koltes Dans la solitude des champs de coton. Travail dans les écoles d’Aix en Provence, pour une interrogation avec les enfants de la possibilité de l’échange entre les êtres. Puis en résonnance avec ces ateliers, répétitions avec Heikel mani de Tunisie, Maxime Carasso, en partenariat avec GARDENS, sous son grand chapiteau au milieu des quartiers nord de Marseille, puis au Marabout de Sousse en Tunisie, puis au centre culturel de Tunis, puis à la Distillerie d’Aubagne. Coproduction théâtre Comoedia d’Aubagne, La Distillerie Aubagne. Partenariat avec le Ministère de l’Enseignement Supérieur tunisien et l’Ambassade de France en Tunisie pour le programme d’ateliers mené sur Koltès dans les universités tunisiennes (programme PREFSUP).
 
Poursuite du programme d’ateliers Guerre et paix dans les écoles d’Aix en Provence, mise en place d’espaces d’improvisations pour des enfants des quartiers ouest de la ville, en interrogation des violences qu’ils expriment et rencontrent.
 
Sirènes et Midi Net avec Julien Blaine, une coproduction Alzhar et LIEUX PUBLICS, un évènement urbain avec 6 comédiennes, 1 performer et 30 musiciens.
 
Mise en scène et en lumière du Festival Planète Honnête, festival de film documentaire et l’écologie à Cadenet dans le 84.
 
Reprises du travail et du spectacle écrit en atelier avec les acteurs de la compagnie et les stagiaires de Bagneux, pour Des Idéaux, festival Auteurs en Acte de Bagneux, puis au Vent se lève, à Paris, avec les stagiaires du théâtre.
 

2008

Poursuite du travail de transmission et de création en Cinéma et Théâtre avec un groupe de huit participants détenus à la prison des Baumettes avec Lieux Fictifs et Caroline Caccavale pour un travail sur la mémoire, Ce qui nous arrive... Exercice de mémoire 2, vers un film de Caroline Caccavale.
 
Développement d'un système d'échange européen, avec l’Italie, l'Espagne et l'Allemagne, en partenariat avec Lieux Fictifs, en France, Théatro Dentro en Italie, Trans formas en Espagne, pour une réflexion et une mise en commun des outils de travail du théâtre et du cinéma en prison. Un projet pour plusieurs saisons dans le cadre du projet éducatif européen Grundtvig.
 
Mise en œuvre du travail de création pour la mise en scène de Dans la solitude des champs de coton, de Bernard Marie Koltès, un chantier d'ateliers vers une mise en scène entre Sousse en Tunisie et Marseille, ateliers avec les étudiants de l’institut des beaux arts de Sousse, l’université de littérature de Sousse, ateliers de recherche sur la question de l’autre, du passage, de la mise ne partage. Démarrage de cette thématique en travail dans les écoles d’Aix en Provence, et dans les écoles françaises de Sousse en Tunisie. une production soutenue par les JETPAV de Sousse, l’institut des Beaux Arts de Sousse, le Centre Culturel français de Sousse, la Distillerie d'Aubagne et le théâtre Comoedia.
 
Des Idéaux, des I et des O, prélude au texte Tout ce qui est terrible résidence de création au Toursky, à Marseille, pour une création partagée à partir des ateliers d’écriture et d’improvisation sur la question des idéaux, des idéaux dans l’histoire, des idéaux personnels, et le rapport entre les idéaux et la violence.
 
Réalisation et aboutissement du chantier théâtre et architecture avec Philippe Jonathan, La Conférence, création avec des plasticiens et enseignants de l’Ecole des Beaux arts de Bordeaux, Beijing et Aix en Provence, résidence et création à l’Ecole Régionale d’Arts d’Aix en Provence, pour des reprises à un niveau international.
 
Le Lion à Grande gueule et l’escargot gogo, un spectacle soutenu par la DRAC PACA pour ses représentations et actions dans les écoles, une écriture de Maxime CARASSO, spectacle-conte jeune public en tournée dans les théâtres, les écoles, et les lieux de la petite enfance.
 
Le Misanthrope de MOLIÈRE, reprises du spectacle, tournée PACA et région, en scolaires.
 
Britannicus de Jean RACINE, reprises du spectacle en lien avec les propositions scénographiques de Sébastien Bretagne, et en dialogue avec la vidéo. Re création et tournée région, notamment en scolaires.
 

2007

Des Idéaux, des I et des O, avec Tout ce qui est terrible, résidence de création partagée, avec des jeunes adultes, pour écrire ensemble sur la question des idéaux, dans l’histoire et personnels, à la Cité du Livre d’Aix-en-Provence, à l’Institut des Beaux-arts de Sousse en Tunisie, au théâtre Toursky à Marseille, au théâtre Armand à Salon de Provence, au théâtre Acrobatique à Marseille, au Centre Culturel de la Courneuve, au théâtre du Jour à Agen et au théâtre à Cru à Tours.
 
Le Lion à Grande gueule et l’escargot gogo, un spectacle soutenu par la DRAC PACA pour ses représentations et actions dans les écoles, une écriture de Maxime CARASSO, spectacle-conte jeune public en tournée dans les théâtres, les écoles, et les lieux de la petite enfance, une tournée prise en charge par le Conseil Général des Bouches du Rhône et le dispositif saison 13.
 

2006

Le Misanthrope de MOLIÈRE, résidence et travail collectif sur la reprise du spectacle, Avignon festival Off, théâtre de la Condition des Soies, avec des comédiens du Théâtre du Jour, théâtre école de Pierre Debauche, et de l’école régionale d’acteurs de Cannes, l’ERAC.
 
Création éphémère dans un grand parc naturel, L’eau, l’air, les songes et les sources, Cadenet, montagne du Luberon, avec et les acteurs de la compagnie, des plasticiens et enseignants de l’Ecole Régionale d’Arts d’Aix en Provence, et quatre musiciens du groupe ZEBDA.
 
Mise en scène collective d’une conférence théâtrale, cinématographique et plastique sur tout le parcours de l’architecte Philippe Jonathan, La Conférence, création avec des plasticiens et enseignants de l’Ecole des Beaux arts de Bordeaux, Beijing et Aix en Provence, résidence et création à l’Ecole Régionale d’Arts d’Aix en Provence.
 
Collaboration avec Lieux Fictifs pour un chantier de réponse au film 9m2, le film de José Cesarini produit par Lieux Fictifs, un travail sur la prison, et l’enfermement. Chantier avec douze actrices professionnelles et amateurs, qui reprennent les textes des acteurs détenus du film, les mouvements, les émotions, pour des réappropriations, des réinterprétations, vers une performance qui interroge le film et ses acteurs à la Friche La belle de Mai, à Marseille.
 
Tout ce qui est terrible, un texte qui a reçu une aide du ministère de la culture, résidence en réseau de création, chantiers et ateliers en partenariat avec Thierry Micouin de la compagnie de Catherine Diverrès, du CRDC de Rennes, à la Cité du Livre, à Aix en Provence, à la maison des artistes de La Roque d’Anthéron, à L’Institut des Beaux Arts de Sousse, en Tunisie. Laboratoires avec les acteurs de la compagnie, des amateurs et des plasticiens, pour interroger idéaux que chacun porte en soi, et les violences qu’ils occasionnent. à La Mareschale à Aix en Provence, avec des chercheurs en astrophysique, puisqu’il est question de la violence de l’homme et de nos ressemblances avec les chocs et attractions des éléments, pour une création  au théâtre du Toursky de Marseille.
 
Les grands singes de New York, de Maxime CARASSO, spectacle jeune public, pour les enfants de 6 mois à 3 ans, un travail en collaboration avec la Cie TEMPESTANT, tournée, crèches et théâtres de la région PACA.
 
Le Lion à Grande gueule et l’escargot gogo, de Maxime CARASSO, spectacle-conte jeune public à partir de contes indiens et africains, pour les enfants de 3 ans à 7 ans, tournée paca, soutenue par le Conseil Général des Bouches du Rhône, écoles, centres aérés et théâtres de la région PACA.
 
Le Misanthrope de MOLIÈRE, invitation à l’événement national de théâtre expérimental en Tunisie, les Journées d’Etudes théâtrales et audiovisuelles, représentations tout public au Centre national culturel d’état, stage et séminaire pour les membres du colloque, les professeurs et les étudiants de l’université et de l’Institut des Beaux Arts de Sousse, Tunisie.
 

2005

Le Misanthrope de MOLIÈRE, résidence et travail collectif sur la reprise du spectacle, avec Simon GILLET et Nathalie RAPHAËL, directeurs de la maison de production cinématographique LES FILMS DE LA VALLÉE, à La Maison des Comoni, Le Revest-Les-Eaux, représentations tout public et jeune public, et tournée soutenue par le Conseil Général des Bouches du Rhône.
 
Tournée CCAS, programmation de André ROBER, Le Misanthrope de MOLIÈRE, représentations tout public et jeune public, avec un stage pour les adolescents, d’initiation à la prise de parole théâtrale dans la démarche de la compagnie, PACA et Rhône-Alpes.
 
Participation en tant que collectif de regard extérieur, par le chorégraphe William PETIT et sa compagnie RIALTO FABRIQUE NOMADE, pour la création de cette compagnie, Désordre, qui a reçu un financement européen, en coproduction avec les hivernales d’Avignon. Représentations tout public à Aix en Provence, au festival Danse à Aix.
 
Hors Mis, théâtre et architecture, mise en production du projet sous chapiteau conçu par l’architecte Matthieu POITEVIN, pour une série de représentations dans les villages de la région PACA, avec plusieurs journées de présence du chapiteau où se passeront des rencontres avec les habitants, des échanges et des ateliers, avec le texte House Music comme démarrage des échanges, puis la représentation d’un monologue qui a fait l’objet de chantiers et de lectures à la scène nationale de Cavaillon.
 
Le Lion à Grande gueule et l’escargot gogo, un spectacle soutenu par la DRAC PACA pour ses représentations et actions dans les écoles, une écriture de Maxime CARASSO, spectacle-conte jeune public à partir de contes indiens et africains, pour les enfants de 3 ans à 7 ans Création en résidence à La Fabrique Théâtre, et pour le festival Off, Avignon.
 

2004

 
Tournée pour deux spectacles, coproduit par la CCAS : Le Misanthrope de Molière, spectacle vers les 12/18 ans, Les Grands Singes de New York, spectacle pour les 3 à 10 ans
 
Le Misanthrope de MOLIÈRE, résidence et travail collectif sur la reprise du spectacle, à la scène nationale de Cavaillon, représentations tout public et jeune public, avec Marie POITEVIN, danseuse et réalisatrice de films. Stages et rencontres sur les thématiques de la pièce tels que le mensonge et l’amour, en partenariat avec la scène nationale de Cavaillon, dans les lycées des villes de Carpentras et de Cavaillon.
 
Tournée CCAS, programmation de André ROBER, Le Misanthrope de MOLIÈRE, représentations tout public et jeune public, avec un premier stage pour les adolescents, d’initiation à la prise de parole théâtrale dans la démarche de la compagnie, Rhône-Alpes, Midi Pyrénées.
 
Le Misanthrope de MOLIÈRE, coproduction et résidence de 18 mois au Massalia théâtre de marionnettes, La Friche la Belle de Mai, Marseille, ateliers dans les écoles, les collèges et les associations du quartier de La Belle de mai, à Marseille, une mise en route de la mise en scène à venir, où les enfants, les adolescents, les adultes, réagissent et improvisent sur les thématiques du texte de Molière : l’amour, la vérité, l’absolu, le mensonge, l’arrivisme, la liberté. Ecriture de la mise ne scène à venir à partir de rtaces de tous ces ateliers. un projet soutenu aussi par la direction culturelle de la ville d’Apt, CCAS EDF GDF, direction du Jeune public d’André ROBER. Atelier de recherche et de création avec Pierre DEBAUCHE, chantiers dans les collèges, les écoles, les hôpitaux et les prisons du département des Bouches du Rhône, avec les artistes de la compagnie, échanges lors de stages AFDAS donnés par la compagnie,  sur les thématiques de la pièce, et vers la construction ensemble du spectacle, représentations tout public et jeune public, actions soutenues par le Conseil Général des Bouches du Rhône.
 

2003

Zinzins Sables et flocons lointains, résidence et travail collectif sur la reprise du spectacle, Friche La Belle de Mai, Marseille, ateliers d’improvisation sur la paresse, les départs impossibles, les identités floues et les actions dérisoires, avec les actrices de la compagnie, les résidents de l’Hopital psychiatrique Montperrin, à Aix en Provence, des amateurs, personnes agées et adolescents, au 3BISF, à Aix en Provence, pour une performance collective au 3BISF. Actions et représentations pour les Secours Populaires de la région PACA, invitations aux  rencontres contemporaines de la maison du Off, au festival d’Avignon, représentations et rencontres publiques avec les acteurs et pour une réflexion sur les liens entre la scène et l’image, avec Sébastien BRETAGNE, de la société de production de films documentaires ANATEL.
 
Zinzins Sables et flocons lointains, obtention d’une bourse du ministère de la culture, et écriture du texte en résidence d’écriture et de mise en espace à La Chartreuse de Villeneuve-Lez-Avignon, créé en écoute des actrices du parcours. Coproduction et représentations tout public pour Le Théâtre de Lenche, Marseille, en salle et au cœur de la nuit sur le vieux port de Marseille, à La Tannerie, Centre d’Arts Contemporains à Barjols, le théâtre des Bancs Publics à Marseille, avec un film de Marie POITEVIN soutenu par la SFT et la FEMIS.
 
Un théâtre éphémère aussi grave que le vent développement du projet en lien avec le quartier de la Belle de Mai, à Marseille, ateliers et performances sur le vocabulaire et les mondes qu’il représente aussi différents que chacun des participants, avec des enfants d’écoles associées au projet, des artistes de différentes disciplines, des comédiens et des amateurs, à la Friche le Belle de Mai, à Marseille, Naxos Bobine, Paris.
 
Britannicus de Jean RACINE, résidence et travail collectif sur la reprise du spectacle, avec un groupe de femmes pour une interprétation en chœur recréé pour chaque nouveau théâtre, du rôle d’Agrippine, avec des amateurs, des jeunes comédiennes du studio Jack Garfein, Paris. Recréation du spectacle à partir de ces moments de recherches et de transmission des approches artistiques et pluridisciplinaires des questions soulevées par le texte de Racine : L’amour, le pouvoir, l’illégitimité et la légitimité. Représentations tout public pour le Forum Social Européen de Paris, Naxos Bobine, lieu de recherche sur le théâtre et un nouveau lien avec les publics, Paris, Les Voûtes, Espace de recherche en Art Contemporain, Paris.
 
Résidence de recherche sur les rencontres possibles en spectacle vivant, avec la compagnie RIALTO FABRIQUE NOMADE du chorégraphe William PETIT, à Gap, pour un stage donné en commun au CIRQUE DÉSACCORDÉ, en résidence dans leur chapiteau à la scène nationale de Gap.
 

2002

Mots Roses un texte écrit et mis en scène en résidence de création de deux saisons au Centre d’Arts Contemporains 3BISF, dans l’hôpital psychiatrique Montperrin, à Aix en Provence.  Ateliers de jeu, mise en scène, et mise en commun des histoires de chacun, pour les patients de l’hôpital et les stagiaires de la ville, vers un spectacle mémoire de ces échanges. Représentations pour l’hôpital psychiatrique, et représentations tout  public.
 
Un théâtre éphémère aussi grave que le vent, lancement du projet, ateliers et performances sur le vocabulaire et les mondes qu’il représente aussi différents que chacun des participants, avec des enfants d’écoles associées au projet, des artistes de différentes disciplines, des comédiens et des amateurs, Friche le Belle de mai, Marseille, Naxos Bobine, Paris.
 
Soucis de Sorcier un texte écrit pour les acteurs de la compagnie, qui a reçu une aide de la région PACA et du ministère de la culture, résidence et travail collectif sur la reprise du spectacle, avec de jeunes acteurs du conservatoire de Paris. Représentations tout public, Naxos Bobine, lieu de recherche sur le théâtre et un nouveau lien avec les publics, Paris.
 
Britannicus de Jean RACINE, résidence et travail collectif sur la reprise du spectacle, avec un groupe de femmes pour une interprétation en chœur différent pour chaque théâtre, du rôle d’Agrippine, avec des amateurs, des jeunes comédiennes du conservatoire de Montpellier. Représentations jeune public et tout public, La Friche La Belle de Mai, Marseille.
 

2001

Britannicus de Jean RACINE, résidence et travail collectif sur la reprise du spectacle, avec un groupe de femmes pour une interprétation en chœur distribué de façon chaque fois nouvelle, du rôle d’Agrippine, avec des amateurs, des jeunes comédiennes de l’ENSAT, du cours Florent et de l’ERAC. Représentations tout public. Avignon festival off,  Impromptus Hors Champs sur l’île, direction CCAS EDF GDF, et revue CASSANDRE.
 
Un théâtre éphémère aussi grave que le vent, ébauche du projet, ateliers et performances sur le vocabulaire et les mondes qu’il représente aussi différents que chacun des participants, avec des enfants d’écoles associées au projet, des artistes de différentes disciplines, des comédiens et des amateurs, dès le début autant à la Friche le Belle de mai, Marseille, qu’à Naxos Bobine, Paris.
 
Mots Roses chantiers vers une écriture, en résidence de création de deux saisons au Centre d’Arts Contemporains 3BISF, au cœur de l’hôpital psychiatrique d’Aix en Provence.  Ateliers de jeu, mise en scène, et mise en commun des histoires de chacun, pour les patients de l’hôpital et les stagiaires de la ville, vers un spectacle mémoire de ces échanges, lectures, concertations, et recherches ensemble.
 
Komédie, performance et création collective avec les acteurs de la compagnie, en résidence de travail pour la reprise du spectacle, avec les acteurs de la compagnie, représentations tout public, à In Fact, espace d’Art Contemporain et de Photographie, Paris.
 
Zinzins Sables et flocons lointains, résidence et travail collectif échanges et ateliers, notamment, l’ECOLE EXPERIMENTALE DE L’ACTEUR, mise en place à  le Friche La Belle de Mai, Marseille, pour des jeunes acteurs, des plasticiens des Beaux Arts de Marseille et de Toulouse, des gens du quartier et des amateurs. Un travail de recherche et de rencontre soutenu par SFT, Système Friche Théâtre à Marseille.
 
Intervalles entre deux résidence de travail pour la reprise du spectacle, avec les acteurs de la compagnie, des amateurs et des jeunes acteurs des écoles de théâtre d’Aix en Provence, avec Valérie ONNIS, chorégraphe pour la compagnie, CHANT DE BATAILLE, Paris, et Thierry MICOUIN, danseur pour cette même compagnie, et pour la compagnie Catherine DIVÉRRÈS, du CRDC de Rennes. Stage pour et avec ces différents publics sur la notion de l’amour. Quelles sont les histoires qu’on en raconte chacun, les rêves, les chansons, les réels. Ecriture d’une partie du spectacle ensemble à partir de ces improvisations de professionnels du spectacle, et des amateurs, et des gens des quartiers où le travail a eu lieu en nomade. Travail au théâtre de Vanves, à l’Ecole Régionale d’Arts d’Aix en Provence pour une mise en œuvre avec les élèves, les enseignants et des amateurs, et à la Cité du livre d’Aix en Provence. Ecriture collective, et représentations tout public, un travail soutenu par la municipalité d’Aix en Provence.
 
Bye bye la perf, coproduction de film de Marie Poitevin documentaire sur la tournée de Julien Blaine en France (Usine Lu, ménagerie de verre, la Friche de la Belle de Mai, Marseille)
 

2000

Britannicus de Jean RACINE, chantiers de rencontres publiques sur le vers racinien, les thématiques du pouvoir et de l’amour présents dans la pièce, vers une mise en scène engendrée par ces moments de travail. Avec des amateurs, avec des comédiens de l’INSAS de Bruxelles, du Parvis des Arts de Marseille, des jeunes artistes plasticiens et vidéastes de l’Ecole Nationale d’Arts de Cergy-Pontoise. Au Théâtre du Merlan, scène nationale de Marseille, au théâtre du Gymnase à Marseille. Représentations tout public au Théâtre du Golfe, la Ciotat.
 
Komédie, performance et création collective, résidence de travail pour la reprise du projet,  avec les acteurs de la compagnie, et représentations tout public, Studio Alia centre d’Arts  Chorégraphiques, Marseille.
 
Komédie, démarrage du principe de cette création ensemble, performance et création collective avec les acteurs de la compagnie, en résidence de recherche au Théâtre du Merlan, scène nationale de Marseille, et à In Fact, espace d’Art Contemporain et de Photographie, Paris.  Création et représentations tout public Avignon festival off, Centre Européen de Poésie d'Avignon.
 

1999

Britannicus de Jean RACINE, lectures, chantiers et rencontres publiques, essais vers une mise en scène héritière par ces moments de travail. Avec des comédiens du Samovar, à Paris, des amateurs, de jeunes acteurs de l’école du passage de Niels Arestrup à Paris, du conservatoire de Bucarest, des jeunes artistes plasticiens et vidéastes de l’Ecole Nationale d’Arts de Cergy-Pontoise. D’abord au Studio de l’Hermitage, à Paris, puis au Théâtre du Merlan, scène nationale de Marseille, et au théâtre du Gymnase, à Marseille. Soutenu par la viile de merseille
 

1998 

Intervalles entre deux, un travail soutenu par le Conseil Régional PACA, la ville de Marseille, La ville d’Aix en Provence, et la DRAC PACA, invité en résidence de recherche et de création au théâtre du Merlan, scène nationale de Marseille. Rencontre et mise en œuvre de  la production commune du projet avec Ateliers et échanges avec différentes associations du quartier du Merlan, constitution d’un groupe de travail et d’écriture où participent des membres de ces associations, souvent en état d’exclusion sociale ou de handicap, travail commun sur les histoires d’amour de chacun, le thème de la pièce. Ebauches et lectures publiques au théâtre du Merlan, scène nationale de Marseille, et au théâtre de l’Olivier à Istres, et au Centre de danse et théâtre contemporain du Plateau à Ivry. Mise en scène à partir de la mémoire de tous ces moments partagés, ces ateliers d’improvisation et de recherche. Représentations tout public au théâtre du Merlan scène nationale de Marseille, tournée dans le département, sur ce même principe de réécriture avec les histoires des participants des villes, un travail soutenu par le Conseil Général des Bouches du Rhône.
 
Intervalles entre deux, sur ce principe de création métisse amateurs et professionnels où chacun raconte ses histoires d’amour et les met en jeu et en écriture, avec des œuvres majeurs invitées, résidence de travail pour la reprise du spectacle, Espace Germinal, Fosses. Atelier  avec différentes associations de la cité où est implanté le théâtre, constitution d’un groupe de travail et d’écriture où participent des membres de ces associations, un groupe où des adultes et des enfants, principalement originaires du Congo, mais aussi de toutes les minorités présentes dans ce théâtre au coeur d’une cité en banlieue parisienne. Mise en scène et représentations tout public.
Soutenu par la ville de Marseille et la ville d’Aix.
 

1997

Soucis de Sorcier, écrit pour les acteurs de la compagnie, une création qui a reçu une aide du ministère de la culture, et de la ville de Marseille, chantiers et résidence de création au théâtre du Merlan, scène nationale de Marseille.
 
Tournée du spectacle Soucis de Sorcier avec en amont une résidence de travail au Théâtre du Jeu de Paume, à Aix en Provence, et représentations tout public  en région PACA : La Maison des Comoni, Le Revest-Lez-Eaux, Théâtre des Halles, Avignon, Théâtre du Jeu de Paume, Aix en Provence, et avec Région en Scène, Centre Dramatique National de Nice.
 
L’arc « C’est la lyre », coproduction Alzhar, le nep contre Georges Pompidou, d’une performance de Julien Blaine avec Sébastien Bretagne, Maxime Carasso et Armelle Poulin
 

1996

Soucis de Sorcier chantiers et lectures publiques avec les acteurs de la compagnie, vers un théâtre qui représenterait nos personnages sociaux aujourd’hui, et les remettrait en question. Rencontres, expérimentations et ateliers avec des amateurs au château de Servières, à Marseille, improvisations collectives sur la question des enfermements sociaux, et des coups de baguettes magiques qui pourraient nous libérer… lesquelles, quand, comment ? Recherches de paroles et de formes mises en commun avec des jeunes acteurs de l’école nationale de Chaillot, du conservatoire de Marseille, des amateurs et des chercheurs de l’école d’ingénieurs de France Télécom, pour inventer un spectacle multimédia, travail en atelier à la Sorbonne nouvelle, élaboration d’un film pour la scène qui fera partie du spectacle, avec le réalisateur Simon GILLET du CLCF de Paris. Ebauches et lectures publiques au théâtre du Merlan, scène nationale de Marseille, au théâtre de l’Olivier à Istres, et au CNT à Paris.
 

1995

Corps et Armes résidence de travail et de réécriture scénique de  la pièce, à l’espace Générique, à Paris, association de lutte contre l’exclusion sociale, ateliers avec des membres de l’association, des chercheurs en sociologie, puisqu’il était là question d’une réflexion sur le principe d’exclusion, de jeunes acteurs du studio Jack Garfein de Paris, représentations tout public au théâtre de l’Usine de Asnières Gennevilliers, et invitation pour le festival off d’Avignon pour une série de représentations avec d’autres groupes d’artistes, une rencontre pluridisciplinaire titrée In Situ.
 

1994

Corps et Armes, écriture et résidence de création à La Friche La Belle de Mai, à Marseille, un spectacle qui a reçu une aide du ministère de la culture et de la ville de Marseille, chantiers avec de jeunes acteurs du studio Etienne POMMERET, de l’école du passage de Niels ARSETRUP, à Paris, du cours Luce MÉLITE, À MARSEILLE, écriture d’un film pour la scène qui fera partie du spectacle, avec le réalisateur Simon GILLET du CLCF de Paris, représentations tout public de cette première création dans tout l’espace supérieur de la Friche La Belle de Mai à Marseille.
 

1993

Corps et Armes, écriture et premières tentatives de construction d'une forme et d'un groupe de travail, lectures publiques,  rencontres et chantiers, avec des comédiens de l’école de Chaillot, avec des amateurs, des danseurs du cours d’Elsa WOLIASTON, à Paris, les acteurs de la Cie, et, pour le premier spectacle multimédia de la compagnie, Ateliers, improvisations, recherches, expériences avec des acteurs professionnels, des acteurs amateurs, des plasticiens, des vidéastes et des chercheurs en linguistiques et langages multi-média, coécriture avec des chercheurs de l’école d’ingénieurs de France Télécom Paris. Tentatives publiques à l’école France-telecom, mise à l'épreuve du projet pour les acteurs dans les rencontres nationales «Ecrire Jouer», dirigées par J.P Sarrazac et JP Ryngaert, essais et performances à l’école régionale d’art de de Cergy Pontoise.